En peinture, c’est en observant les grands et en s’exerçant à « tenter » de reproduire leur art, qu’on apprend. L’apprentissage consiste à alterner l’étude des maîtres et les créations personelles.

Ici, le maître, c’est Emile Bernard, chef de file, avec Paul Gauguin de l’école de Pont-Aven du nom du village breton où ils s’installent.
Les peintures d’Emile Bernard et de l’école de Pont-Aven, m’ont tout de suite fasciné, parce que je les trouve très modernes pour leur époque (fin du XIXième siècle).
Les règles d’Emile Bernard sont:
  • simplification des couleurs
  • simplifications des formes et des traits humains
  • supression des ombres
  • cloisonnisme: les applats de couleur sont entourés d’un trait noir, comme dans les vitraux.

Au jeu de « chercher l’erreur » les différences entre le tableau d’Emile Bernard et mon tableau sont nombreuses. Je ne suis ni experte, ni faussaire. L’important étant plus que je m’approprie certaines techniques, et que j’évolue ( voir Là ou je me sens bien).

Mon étude du tableau d’Emile Bernard

Emile Bernard – Femmes bretonnes sur un mur

Un commentaire pour

  1. stefdu94 dit :

    « trouve les 9 anomalies ».
    Tout cela me ramène quelques années en arrière lorsque ma môman m achetait un livre rempli d énigmes, de coloriage,…
    Bon plus sérieusement tu exposes quand ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :