Citation Durkheim

2 août 2008

Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne savons pas  avec certitude ce que c’est que l’Etat, la souveraineté, la liberté politique, la démocratie, le socialisme, le communisme, etc., la méthode voudrait donc que l’on s’interdit tout usage de ces concepts, tant qu’ils ne sont pas scientifiquement constitués. Et cependant les mots qui les expriment reviennent sans cesse dans les discussions des sociologues. On les emploie couramment et avec assurance comme s’ils correspondaient à des choses bien connues et définies, alors qu’ils ne réveillent  en nous que des notions confuses, mélanges indistincts d’impressions vagues, de préjugés et de passions. Nous nous moquons aujourd’hui des singuliers raisonnements que les médecins du Moyen Age construisaient avec les notions du chaud, du froid, de l’humide, du sec, etc., et nous ne nous apercevons pas que nous continuons à appliquer cette même méthode à l’ordre de phénomènes qui le comporte moins que tout autre, à cause de son extrême complexité.

DURKHEIM, E. (1988). Des règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion (254 p.)

Publicités

Citation : Durkheim Faits sociaux

2 août 2008

Au moment où un ordre nouveau de phénomènes devient objet de science, ils se trouvent déjà représentés dans l’esprit, non seulement par des images sensibles, mais par des sortes de concepts grossièrement formés. (Durkheim, 1988, p. 108)

DURKHEIM, E. (1988). Des règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion (254 p.)


Citation du jour : Fait social par Durkheim

2 août 2008

Est fait social toute manière de faire, fixée ou non, susceptible d’exercer sur l’individu une contrainte extérieure ; ou bien encore, qui est générale dans l’étendue d’une société donnée tout en  ayant une existence propre, indépendante de ses manifestations individuelles. (Durkheim, 1988, p. 107)

DURKHEIM, E. (1988), Les règles de la méthodes sociologiques, Paris, Flammarion ( 254 p.)


Citation du jour : Emile Durkheim, choses et représentations

2 août 2008

Qu’est-ce en effet qu’une chose ? La chose s’oppose à l’idée comme ce que l’on connaît du dehors s’oppose à ce que l’on connaît du dedans. Est chose tout objet de connaissance qui n’est pas naturellement compénétrable à l’intelligence, tout ce dont nous ne pouvons nous faire une notion adéquate par un simple procédé d’analyse mentale, tout ce que l’esprit ne peut arriver à comprendre qu’à condition de sortir de lui même, par voie d’observations et d’expérimentations, en passant progressivement des caractères les plus extérieures et les plus immédiatement accessibles aux moins visibles et aux plus profonds. Traiter des faits d’un certains ordre comme des choses, ce n’est donc pas les classer dans telles ou telles catégorie du réel; c’est observer vis-à-vis d’eux une certaine attitude mentale. C’est en aborder l’étude en prenant pour principe qu’on ignore absolument ce qu’ils sont, et que leurs propriétés caractéristiques, comme les causes inconnues dont elles dépendent, ne peuvent être découverte par l’introspection même la plus attentive. (Durkheim, 1988, p. 77)

Mais dés qu’il s’agit de faits proprement dits, ils sont nécessairement pour nous, au moment où nous entreprenons d’en faire la science, des inconnus, des choses ignorées, car les représentations qu’on a pu s’en faire au cours de la vie, ayant été faites sans méthodes et sans critique, sont dénués de valeur scientifique et doivent être tenues à l’écart. (Durkheim, 1988, p.78)

DURKHEIM, E. (1988). Les règles de la méthodes sociologiques, Paris, Flammarion (254 p.)


Citation du jour

31 juillet 2008

On a tort d’avoir raison, car ceux qui ont raison sont des gens englués dans le passé, des gens ternes et suffisants, à l’esprit rigide.

Il n’y a rien à en tirer

On a raison d’avoir tort.

Commencez à vous trompez, et soudain, tout devient possible.

Vous n’essayez plus d’être infaillible.

Vous êtes en terrain inconnu. Impossible de savoir ce qui peut arriver, mais vos perspectives sont plus exaltantes que si vous essayez d’avoir raison.

Paul Arden, vous pouvez être ce que vous voulez être, 2004


Citation du jour

30 juillet 2008

Nul ne peut enseigner véritablement s’il n’enseigne pas quelque chose de véritable ou de valable à ses propres yeux.

Jean-Claude Forquin, École et culture, le point de vue des sociologues britanniques, 1989.


Citation du jour

29 juillet 2008

Quand c’est infaisable, Faites-le. Si vous ne le faites pas , ça n’existe pas.

Le film de Citizen Kane est un très bon exemple. Personne n’y croyait ; on les a forcés à y croire.

Orson Welles ne trouvait pas d’investisseurs, mais il a tout de même récolté une petite somme pour payer les acteurs.

À force de quémander et d’emprunter à droite et à gauche, d’attendrir les gens, il a pu construire des décors et tourner des bouts d’essai. À la fin, il avait réalisé un tiers du film.

SON FILM EXISTAIT.

Les investisseurs ont pu juger sur pièce. Il a obtenu l’argent.

S’il avait baissé les bras devant son projet soi-disant irréalisable, il n’aurait fait qu’allonger l’interminable liste des idées jamais concrétisées.

Paul Arden, Vous pouvez être ce que vous voulez être, Phaidon, 2004.